Les émotions de l’enfant

hands-718559_1920

Il se moque de moi, il ne m’écoute pas, il fait des caprices, il le fait exprès, je ne le comprends pas….mais que se passe-t-il dans la tête de nos bambins pour qu’ils nous désarçonnent autant par certains comportements ? Chacun de nous réagira différemment aux émotions de l’enfant car elles nous renvoient à nos propres émotions.
Mais que faire fasse à une émotion qui nous inquiète, nous agace où nous déroute?

Tout d’abord parlons un peu théorie.
Le cerveau d’un jeune enfant (avant 4-5ans) est immature, il est en pleine construction, il réagit dans l’instant par des réflexes primitifs et ne se projette pas (il attaque, se fige, fuit,…). Il est donc normal qu’il ressente parfois des émotions fortes et envahissantes qu’il a du mal à gérer. Il n’a pas la capacité de manipuler son entourage, ne fait donc pas de caprice, ne le fait pas exprès et n’est pas un tyran.

Ce qui nous permet à nous adultes d’apaiser nos émotions est le langage. Hors celui-ci est en cours d’acquisition chez l’enfant, il ne peut donc pas facilement exprimer son émotion.

Les émotions sont essentielles au développement de l’enfant, elles lui permettent de comprendre des situations et de se construire. L’enfant en a besoin, il faut donc qu’il apprenne à y faire face, ne pas les éviter (elles sont inévitables, y compris à l’âge adulte !) mais les appréhender.
Plus facile à dire qu’à faire me direz vous! Oui certes ce n’est pas toujours simple, mais voici quelques pistes.

Être à l’écoute et accueillir les émotions de l’enfant c’est ne pas les nier, lui permettre de les ressentir, lui dire qu’il en a le droit, que c’est normal et qu’il peut « faire avec ».

Lui apprendre à exprimer ses émotions implique que vous verbalisiez les vôtres. Chaque fois que l’adulte comprend l’enfant, l’aide à verbaliser ses émotions, le console, le sécurise il aide à un développement cérébral favorable.

Il est important de valoriser votre enfant lors des bons moments, de féliciter ses réussites. Cela ne veut pas dire parler uniquement des bons moments et éluder une réaction difficile à gérer. Bien sûr qu’il faut expliquer que la colère exprimée en se roulant parterre dans le supermarché c’est excessif, parler de cette colère, lui dire que vous comprenez qu’elle s’exprime fasse à une situation de frustration, l’apaiser avec douceur, donner ensuite une alternative à l’expression de celle-ci (dans un dessin ou un jeu de rôle par exemple), mais il faudra aussi le féliciter au fur et à mesure qu’il saura la gérer.

Gérer les émotions de votre enfant avec bienveillance envers lui et envers vous même c’est faire au mieux, essayer, avancer, reculer, réussir, tenter de trouver le juste milieu en posant des limites avec bienveillance et écoute.
Il n’y a pas de solution miracle, ces émotions doivent s’exprimer, tout parents et enfants doivent passer par là, mais j’espère vous avoir donné quelques pistes de réflexion afin de tenter de les gérer au mieux.

Pour vous documenter je vous conseilles les livres de Catherine Gueguen « Pour une enfance heureuse » et « Vivre heureux avec son enfant ».

Allaiter son bébé

baby-21167_1920« L’allaitement maternel c’est la chose la plus naturelle qui soit « …toutes celles qui sont passées par là savent que ce n’est pas si simple. L’allaitement est une expérience extraordinaire qui apporte à votre enfant tout ce dont-il a besoin sur le plan nutritionnel et affectif mais qui demande une certaine assiduité lors des prémices de son instauration.

Votre enfant est né et vous souhaitez l’allaiter. Vous avez probablement lu plusieurs documents sur ce sujet. Vous voulez donc faire la tétée d’accueil puis l’allaiter exclusivement tout simplement. Vous avez raison, cette tétée précoce favorise la mise en place de votre allaitement. Mais si pour des raisons médicales, ce n’est pas possible, ne vous culpabilisez pas, tout n’est pas perdu pour autant.

Il me semble que pour apaiser vos inquiétudes liées à l’allaitement, il faut s’y préparer afin que vous sachiez un peu ce qui vous attend. Pour cela certaines maternités proposent des cours sur l’allaitement en pré-natal, des conseillères en lactation peuvent aussi vous rendre visite à domicile pour vous expliquer tout ce ceci à tête reposée. 

Pour ma part, voici de façon très succincte, quelques informations pour vous permettre de visualiser comment se déroulent les premiers jours d’un allaitement. 

Les deux-trois premiers jours, vous aurez du colostrum qui est un lait très riche. Bébé réclamera assez régulièrement (1h30 à 4h entre chaque tétées) jour et nuit ce qui est fatiguant, surtout après l’accouchement. Cependant, l’idéal est de garder votre enfant en chambre la nuit afin d’éviter de donner des biberons pour favoriser sa succion et optimiser votre lactation. (Encore une fois, selon votre état de santé et de fatigue ne vous culpabilisez pas si votre enfant passe une nuit dans la nurserie de la maternité.)

Au 3e-4e jour post accouchement vous aurez votre montée de lait, vos seins seront tendus et votre enfant pourra donc avoir des difficultés à bien s’y accrocher pour téter. Cela durera 24-48h et vos seins s’assoupliront de nouveau…ouf! Vous verrez ces premiers jours peuvent être un peu déroutants, pour vous accompagner, les professionnels vous donneront divers conseils selon les tétées de votre enfant, l’aspect de vos seins et votre montée de lait.

Passé ces 4-5 jours de découverte, où il faut faire connaissance avec votre enfant,votre corps et ses modifications, l’allaitement devient plus facile et pratique au quotidien.

Ce qui rend ce moment complexe c’est que vous « atterrissez » dans le monde des parents, que tout se bouscule dans votre tête et au niveau de vos hormones, vous vous sentirez vite perdue et c’est normal. Pas de stress, encore une fois faites vous confiance et restez à l’écoute de votre enfant. Et si vous avez des questions, des professionnels (PMI, lactarium, conseillères en lactation… et ce blog;-)) ainsi que des associations (SOS allaitement) sont là pour vous aider même après votre sortie de maternité. 

Il faut environ un petit mois à toutes les mamans pour être vraiment à l’aise dans leur allaitement.

Pour finir, si je n’avais qu’un conseil à vous donner, surtout soyez à l’écoute de votre corps et de vous même avec le même bienveillance que celle que vous portez à votre enfant.

En cette période de fêtes je vous souhaite plein de bonheur et un bel allaitement!

Urgences ou médecin?

teddy-bears-1936200_1920

En tant que parent il est bien évident que l’on s’inquiète très rapidement pour son enfant. Pour être rassuré on l’emmène aux urgences. Mais ne peut-on pas éviter d’attendre plusieurs heures pour une prescription de paracétamol?
Je vais essayer de vous donner quelques clés, pour savoir comment agir et qui consulter si votre enfant est malade.

LA FIÈVRE: 
Tout d’abord lisez bien la notice de votre thermomètre afin de savoir comment bien prendre la température de votre enfant. Selon la marque, le modèle et la façon de prendre la température chacun a son mode d’utilisation. Attention pas de prise de température par voie rectale sauf en dernier recours pour lever les doutes en cas de température très élevée!
On parle de fièvre à partir de 38°5. Elle peut être le symptôme d’une pathologie, le signe d’une poussée dentaire ou tout simplement vous montrer que votre enfant est trop couvert. S’il est trop couvert, déshabillez-le un peu et réévaluez, la température baissera. Dans les autres cas, observez son comportement, s’il y a d’autres symptômes et prenez rendez-vous chez votre pédiatre. En fonction de l’état de santé de votre enfant et de ses disponibilités votre médecin vous recevra ou vous conseillera d’aller aux urgences.

Si votre enfant à moins de trois mois, en cas de forte fièvre allez directement aux urgences.

DIARRHÉE:  
La diarrhée définit des selles liquides sans matières. Les selles très molles et granuleuses chez le nouveau né sont normales. Une diarrhée peut survenir sans gravité de façon isolée en cas de mauvaise digestion d’un aliment, en revanche si votre enfant à plusieurs couches pleines de diarrhée, consultez votre pédiatre. S’il a moins de trois mois allez aux urgences.

VOMISSEMENTS:
Tout comme la diarrhée, un vomissement peut survenir en cas de difficulté digestive de votre enfant. Ne pas confondre rejet et vomissement. Le rejet est spontané et survient après un repas en cas de trop plein dans l’estomac. Le vomissement est lié à une contraction de l’estomac. Si votre enfant à plusieurs vomissements, consultez votre pédiatre. S’il a moins de trois mois allez aux urgences.

ENCOMBREMENT:
Si votre bébé est très enrhumé, la seule façon de bien le moucher est de lui faire une DRP(désobstruction rhino-pharyngée) et d’utiliser le mouche bébé si les narines de votre enfant sont suffisamment grandes pour l’utiliser. La DRP vous sera expliquée et démontrée à la maternité.

Si vous voyez que le rhume le gêne pour respirer prenez rendez-vous chez votre pédiatre. S’il cherche son air qu’il respire très mal, que par moment il a les lèvres un peu bleues, allez aux urgences.

A SAVOIR: 
Toujours avoir du SRO(soluté de réhydratation oral) dans sa pharmacie. Diluer un sachet dans 200ml d’eau, ce soluté contient du sel et du sucre pour éviter que votre enfant ne se déshydrate. A donner en cas de vomissements, diarrhées ou forte fièvre. Le faire boire à votre enfant petit à petit pendant la journée, il n’aura probablement pas très faim mais aura besoin de boire régulièrement.

 

Cela fait beaucoup d’informations, mais pour résumer, faites vous confiance, observez votre enfant et soyez logique. Bien évidemment cet article n’est pas exhaustif , il y a énormément de situations possibles. Retenez que votre pédiatre est là pour vous guider, au moindre doute n’hésitez pas à l’appeler.

Le matériel nécessaire pour bébé

baby-925055_1280

Vous allez avoir votre premier enfant et vous êtes un peu perdus dans les magasins de puériculture? C’est normal, ce marché est plutôt lucratif et les marques rivalisent d’imagination pour vous vendre « ce qu’il y a de mieux pour votre enfant »! Mais parmi tout ça qu’est-ce qui est vraiment indispensable? Je vais essayer de vous éclairer à ce sujet, pour que devenir parents ne soit pas synonyme de dépenser tout son argent.

           Dans la salle de bain il vous faudra un thermomètre de bain, une petite baignoire et un savon doux ph neutre pour laver votre enfant. Une petite lime à ongles en bois pour limer les ongles les premiers mois, ensuite vous pourrez utiliser des ciseaux pour enfants.
Pour changer votre enfant, un gant avec de l’eau et du savon vous suffisent si votre plan de change est prêt d’un point d’eau. Sinon, du coton et un produit doux sont à privilégier aux lingettes. Pour changer votre enfant, une table ou commode à langer sera pratique. Une crème pour les fesses vous sera utile uniquement en cas de rougeur. Quant aux couches prenez ce qui vous convient.
Pour votre trousse de médicaments il vous faudra du SRO (soluté de réhydratation oral), du doliprane, du sérum physiologique pour moucher votre enfant et un thermomètre.

          Pour la chambre il vous faudra un lit avec un matelas adapté, une turbulette et c’est tout. Vous n’avez pas besoin de tour de lit, coussin, cocon ou couverture tout ceci n’est pas du tout recommandé pour le couchage de bébé.

         Pour la voiture vous aurez besoin d’un cosy, de par soleil si besoin. Pour la balade et les transports en commun une écharpe de portage ou porte bébé ou/et poussette est indispensable. L’achat d’un sac à langer pour mettre toutes les affaires de bébé lors de vos déplacements est incontournable.

        Pour les repas, si vous allaitez vous n’aurez pas besoin de grand chose. Ayez quand même un ou deux biberons au cas où. Munissez-vous de biberons, tétines, un chauffe biberon et un arbre à biberon. Vous n’avez plus besoin de stériliser vos biberons.

Quant aux jeux, ne vous encombrez pas, l’essentiel des premiers mois sera un tapis d’éveil car votre enfant y passera du temps dès qu’il commencera à avoir des phases d’éveil. Pour le reste, soyez vigilants à l’âge recommandé pour les jeux et qu’ils soient bien aux normes CE.

       Pour la sécurité de votre enfant, vous avez un peu de temps avant que votre enfant se mobilise et d’acheter une barrière d’escaliers et des caches prises.

Voilà pour l’essentiel des achats nécessaires pour bébé. J’espère vous avoir aidé, n’hésitez pas à m’envoyer un message si vous avez besoin de plus de détails.

Bon, on est d’accord que cela fait quand même quelques achats et représente un budget…mais ça vaut le coup! Bon shopping à vous!

Dis-moi pourquoi tu pleures

crying-baby-2708380_960_720

Après le sommeil, voici un article sur les pleurs de bébé car les deux sont un peu liés!
Ils sont très fréquents et sont, comme le sommeil,un des principaux motifs de consultation. 10 à 30% des enfants de moins de 4 mois pleurent excessivement. L’intensité des pleurs culmine au 2e mois puis se stabilise et diminue vers 4-5 mois. Il est tout à fait normal que votre enfant pleure plus en fin d’après-midi et en soirée.
Les pleurs sont normaux, ils sont le seul moyen d’expression de votre enfant, ils peuvent signifier plein de choses: « j’ai mal, je ne me sens pas bien, j’ai faim, j’ai sommeil, j’ai la couche sale, j’ai besoin de câlins ».

Si votre enfant a besoin de câlins, il émet des « pleurs d’appel » essentiels à l’attachement, oui l’enfant cherche à être porté, c’est physiologique! Il ne fait pas de caprice et il n’a pas « gagné » si vous le prenez!

D’après les neuro-sciences, si on répond aux pleurs du bébé dans les 90 secondes il se calme en 5 secondes. Si on multiplie par deux le temps d’intervention, on multiplie par dix le temps des pleurs! Ces découvertes sur le cerveau de nos chérubins nous permettent de dire stop à ceux qui voudraient encore laisser pleurer les bébés! Non, votre bébé ne vous manipule pas, il a juste besoin de vous pour être rassuré.

Bien évidemment, parfois bébé ne se calme pas facilement alors qu’il a mangé, est propre et va bien. Il est alors difficile de comprendre ce qu’il veut, on a l’impression de rater quelque chose. Dans ce cas les pleurs sont anxiogènes et il est parfois difficile de les entendre, mais votre rôle est immense dans le fait d’être présent et à l’écoute. Même si votre enfant ne se calme pas de suite, vous répondez à son besoin. Attention, si une situation devient trop difficile à gérer pour vous à cause de la fatigue, la redondance des pleurs, de votre émotion à cet instant surtout n’hésitez pas à passer la main. Si vous êtes seul avec votre enfant et que vous n’en pouvez plus, expliquez-lui que vous avez besoin de souffler un peu, posez-le dans son lit (ainsi il sera en sécurité) et prenez un petit temps pour respirer, prendre un café, un thé ou du chocolat et faire redescendre votre tension avant de retourner auprès de votre enfant .

Bref, encore une fois faites-vous confiance! Soyez à l’écoute des émotions de votre enfant mais aussi des vôtres. Même si ce n’est pas facile de comprendre les appels de votre enfant, en tant que parents c’est vous qui le connaissez le mieux et saurez au mieux répondre à ses besoins. Bien sur il y a des jours où vous serez moins bien et où il sera plus difficile pour vous d’appréhender ces pleurs, mais ne culpabilisez pas et dites-le à votre enfant…ils comprennent tout ces petits bouts!

Le sommeil de bébé

baby-1266117_960_720

Et si on parlait du sommeil de votre enfant! Vaste sujet que le dodo de nos marmots! Pourquoi se réveillent-ils la nuit? Dorment-ils assez? Comment les faire dormir?
Autant de questions tellement anxiogènes qu’elles sont une des raisons les plus fréquentes de consultation chez le pédiatre.
Alors commençons par un peu de théorie…promis ce sera rapide!!

Le cycle de sommeil du nouveau né est composé de seulement 2 phases : sommeil calme(maturation du système nerveux) et sommeil agité (sécrétion des hormones de croissance).Pendant cette phase de sommeil agité s’il n’a pas son doudou, pas d’odeur qui le rassure l’enfant peut s’éveiller et peut pleurer. Alors une caresse suffit, pas de lumière, pas de parole.
Le temps de sommeil se structure progressivement, voici en moyenne le temps de sommeil en fonction de l’âge de votre enfant. Naissance 17-20h par jour, 1 mois 16-17h par jour, 6 mois 14-16h par jour, 1 an environ 13h par jour.
Jour ou nuit, il n’y a pas de règles. Le fœtus était plus actif dans le ventre de maman la nuit, alors qu’elle était au repos, il pouvait plus facilement se mobiliser. Si à la naissance bébé dort plus le jour que la nuit, il n’inverse pas son rythme mais continue celui qu’il avait pendant la grossesse. Pas de panique il prendra petit à petit le pli de dormir plus la nuit! Observez votre enfant afin de voir les signes avant coureurs de sommeil pour favoriser son endormissement.

Mais alors comment le coucher pour que bébé dorme bien?

Tout simplement sur le dos à plat, dans une turbulette, sur un matelas dur et de la taille du lit.

Pourquoi ces recommandations ?
    Sur le dos, car les dernières études de 1992 ont montré qu’il y avait nettement moins de mort subite du nourrisson lorsqu’il est couché sur le dos plutôt que sur le ventre. Il respirera bien mieux sur le dos.
   A plat, car le développement staturo-pondéral de votre enfant se fera de façon optimale à plat dos. Il lui sera aussi plus facile de respirer à plat que dans un cocon.
   Dans une turbulette, car le réflexe du nouveau-né, si quelque chose vient sur son nez, est de s’y enfouir. Un bébé peut donc glisser dans un drap ou une couverture et s’y étouffer. Grâce à la sécurité d’une turbulette ceci ne peut se produire. Pour cette raison soyez vigilants au tour de lit ! Celui-ci doit être bien fixé, de préférence sur l’extérieur du lit ou au pied de l’enfant, afin qu’il ne lui tombe pas sur le visage. C’est pour la même raison que l’on vous déconseille les oreillers.
   Sur un matelas dur et à la taille du lit, pour un confort au niveau du dos de votre enfant et pour éviter que le matelas ne glisse.

Dans l’idéal la chambre doit être entre 19 et 20°C et aérée quotidiennement. Dans votre chambre ou dans la sienne faites comme vous le souhaitez, l’essentiel est de répondre rapidement à son besoin pour que toute la famille se rendorme sereinement!

En parlant du couchage, voici quelques conseils pour éviter que votre enfant ai la tête plate :
Changez-le de sens dans son lit. Si vous arrivez toujours du même coté dans la chambre votre enfant regardera spontanément dans cette direction. Le fait de le changer de sens dans son lit fera qu’il regardera toujours dans la même direction mais il tournera sa tête des deux cotés.
Le portage régulier peut diminuer ces risques de tête plate car il permet des périodes sans appui sur cette dernière.

Voilà pour ces quelques petits conseils….Bonnes nuits à vous!

La motricité libre

Motricité libreMais qu’est ce que c’est?

C’est laisser faire votre enfant à son rythme tout simplement.

Votre copine a une fille de deux semaines de moins que votre fils et elle marche déjà alors que le votre a du mal à tenir debout…j’ai envie de dire, et alors! Laissez-le faire. Pour information, il est démontré chez les personnes âgées que ceux qui ont marché le plus tard se prennent le moins les pieds dans le tapis… si ça ce n’est pas une bonne nouvelle!

Et ça ne vaut pas que pour la marche, mais pour tout son développement.

Exit les culottes à élastiques, les youpalas et autres objets bizarres, pour bien se développer un enfant a besoin de découvrir son corps et ses compétences.

Évitez de le mettre assis tant qu’il ne l’a pas fait seul. S’il ne le fait pas c’est que ses muscles et son dos ne sont pas prêts tout simplement. Votre enfant a juste besoin d’être accompagné dans son développement, entre nous, il aura bien le temps d’avoir la pression tout au long de sa vie ! Oubliez l’âge, si on explique le développement en terme de fourchette d’âge c’est bien parce qu’on sait que chaque enfant fait ses acquisitions à son rythme.

Ne faites donc pas à sa place mais laissez-le faire. Installé sur le dos, au sol, sur un tapis avec quelques jeux à portée de main il découvrira son corps petit à petit et commencera à bouger puis se retourner et se mobiliser jusqu’à la marche. D’ailleurs à ce sujet, laissez-le essayer de marcher seul, rien ne sert de le guider il trouvera son chemin.

Un enfant qui explore seul ses compétences  est un enfant plein de confiance en lui, car il n’a pas besoin de l’adulte pour réussir à accomplir ses prouesses.
Faites-vous confiance et faites-lui confiance, vous verrez que votre enfant vous étonnera tous les jours…